Print Download PDF Embed

News Release

L'étude publiée révèle que la parité économique n'atteint pas les niveaux obtenus dans les domaines de la santé et de l'éducation en faveur des femmes dans le monde

Abby Berg-Hammond, Service Communications, Tél. : +41 (0)79 226 4874 ; Courriel : abh@weforum.org

Français | Deutsch | Español | 中文

  • Les femmes occupent moins de 20 % des postes décisionnaires au plan national
  • L'Inde se situe en queue de classement des pays BRICS en matière de parité entre les sexes
  • Les États-Unis continuent de progresser et gagnent deux places
  • Les Émirats arabes unis occupent le haut du classement des pays arabes, l'Arabie saoudite étant le pays qui a le plus rapidement progressé ces 6 dernières années
  • Les disparités entre les sexes se sont accentuées au Nigeria, au Mali, en Colombie, en Tanzanie et au Salvador ces 6 dernières années
  • Téléchargez le rapport et les classements (formats PDF et Excel) ou trouvez les online.
  • Des informations complémentaires sur le programme sur la parité entre les sexes sont disponibles ici.

New York, États-Unis, 1er novembre 2011 – Ces six dernières années, alors que 85 % des pays ont accompli des progrès sur la voie de la parité entre les sexes, pour le reste du monde, notamment dans plusieurs pays d'Afrique et d'Amérique du Sud, la situation s'est aggravée. Le sixième Rapport mondial 2011 sur les disparités entre les sexes du Forum économique mondial révèle un léger recul en matière de parité entre les sexes en Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Espagne, Sri Lanka et Royaume-Uni, et des avancées au Brésil, en Éthiopie, au Qatar, en Tanzanie et en Turquie.

Les pays nordiques (Finlande, Islande, Norvège et Suède) se maintiennent en haut du classement avec une réduction de plus de 80 % des disparités entre les sexes, alors que les pays au bas du classement n'en sont qu'à 50 %.

Classements du Rapport mondial 2011 sur les

disparités entre les sexes - Top 20

Pays

2011

Résultat*

2010

Changement

Islande

1

85,3 %

1

0

Norvège

2

84,0 %

2

0

Finlande

3

83,8 %

3

0

Suède

4

80,4 %

4

0

Irlande

5

78,3 %

6

1

Nouvelle-Zélande

6

78,1 %

5

-1

Danemark

7

77,8 %

7

0

Philippines

8

76,9 %

9

1

Lesotho

9

76,7 %

8

-1

Suisse

10

76,3 %

10

0

Allemagne

11

75,9 %

13

2

Espagne

12

75,8 %

11

-1

Belgique

13

75,3 %

14

1

Afrique du Sud

14

74,8 %

12

-2

Pays-Bas

15

74,7 %

17

2

Royaume-Uni

16

74,6 %

15

-1

États-Unis

17

74,1 %

19

2

Canada

18

74,1 %

20

2

Lettonie

19

74,0 %

18

-1

Cuba

20

73,9 %

24

4

* Résultats attribués sur une échelle de zéro à un et correspondent à la réduction de l'écart entre les sexes, en pourcentage.

 

 « Il existe une corrélation directe entre une diminution des disparités entre les sexes et  une compétitivité économique accrue », explique Saadia Zahidi, co-auteure du rapport et directrice principale, responsable du programme sur la parité entre les sexes du Forum économique mondial. « La création d'emplois et la croissance économique étant au centre des préoccupations mondiales, la parité entre les sexes est essentielle pour développer les potentiels et stimuler les économies. »

Pour la première fois, des données issues de l'analyse des politiques nationales visant à encourager la présence des femmes dans la vie active ont été incluses dans le rapport. Les informations recueillies auprès de 60 pays indiquent que 88 % de ces pays possèdent une législation interdisant la discrimination de genre sur le lieu de travail, mais que moins de 45 % d'entre eux disposent d'un outil d'évaluation sur le plan national. Selon le rapport, 20 % des pays interrogés ont introduit une représentation obligatoire de femmes dans les conseils d'administration et 30 % ont légiféré sur leur participation politique.

« Les disparités entre les sexes se réduisent lorsque les pays reconnaissent les impératifs économiques et sociaux. Avec de bonnes politiques, des changements peuvent se produire très rapidement », déclare Laura Tyson, co-auteure du rapport et professeure de gestion mondiale (Chaire S.K et Angela Chan) à la Haas School of Business, université de Californie, à Berkeley, aux États-Unis.

Les résultats mondiaux en matière de santé et d'éducation sont encourageants avec respectivement 96 % et 93 % des écarts comblés. En revanche, la participation économique et politique affiche les plus grandes disparités.

« L'espérance de vie en bonne santé et les faibles niveaux d'alphabétisation des femmes restent alarmants dans de nombreuses régions d'Afrique et d'Asie. En Amérique latine, les femmes sont plus scolarisées que les hommes, mais le mariage et la maternité ne sont toujours pas compatibles avec une participation plus active des femmes à la vie politique et économique. Nous avons parcouru du chemin mais la route est encore longue », poursuit Ricardo Hausmann, co-auteur du rapport et directeur du Centre pour le développement international à l'université de Harvard.

L'indice du Rapport mondial sur les disparités entre les sexes évalue la répartition des ressources et des perspectives entre hommes et femmes dans 135 pays représentant plus de 93 % de la population mondiale. Le rapport mesure l'importance des inégalités de genre dans quatre domaines :

  • Participation et perspectives économiques – salaires, participation et accès aux emplois hautement qualifiés
  • Éducation – accès à l'éducation élémentaire et supérieure
  • Responsabilités politiques – représentation dans les structures décisionnaires
  • Santé et espérance de vie – espérance de vie et sex-ratio

Les résultats de l'indice peuvent être interprétés comme le pourcentage de réduction des disparités entre hommes et femmes. Parmi ces 135 pays, 114 figurent dans le rapport depuis sa première édition, il y a six ans. Sur les 14 variables utilisées pour calculer l'indice, 13 proviennent de données brutes accessibles au grand public recueillies par des organisations internationales telles que l'Organisation internationale du Travail, le Programme des Nations Unies pour le développement et l'Organisation mondiale de la Santé.

« Un monde dans lequel les femmes représentent moins de 20 % des décideurs est un monde qui passe à côté d'immenses possibilités et qui ignore un réservoir de talents non exploité », déclare Klaus Schwab, fondateur et président du Forum économique mondial.

Analyse régionale

En Amérique latine et dans les Caraïbes, Cuba (20) arrive en tête en raison de la forte représentation des femmes dans les professions libérales et techniques (60 %) et au parlement (43 %), et du taux de scolarisation élevé des femmes dans l'enseignement primaire, secondaire et supérieur. Le Brésil (82), bien que figurant dans la moitié inférieure du classement, a gagné trois places grâce aux progrès accomplis pour réduire les écarts de salaires et augmenter les revenus perçus estimés des femmes, et à l'accès de Dilma Rousseff à la présidence du pays. Le Guatemala (112) reste en queue de peloton dans la région.

Dans le monde arabe, les Émirats arabes unis (103) conservent la première position. L'Arabie saoudite (131) et le Yémen (135) occupent toujours les dernières positions dans le classement des pays arabes, bien que l'Arabie saoudite représente, parmi les 114 pays figurant dans le Rapport depuis 2006, l'un des pays ayant le plus progressé.

Les Philippines (8) demeurent en tête du classement des pays asiatiques, principalement en raison des progrès accomplis en matière de santé et d'éducation. La Thaïlande qui, cette année, a élu la première femme au poste de Premier ministre, conserve une position honorable, les femmes représentant plus de la moitié des personnes inscrites dans l'enseignement supérieur et étant fortement présentes sur le marché du travail. Alors que la Chine reste à trois places du bas du classement en matière de santé et d'espérance de vie (133) en raison d'un sex-ratio non équilibré, sa force réside dans la participation massive des femmes à la vie active (74%). L'Inde (113), la République islamique d'Iran (125), le Népal (126) et le Pakistan (133) occupent les dernières places du classement régional. L'Inde arrive en dernière position des économies BRICS figurant dans l'indice.

En Afrique, le Lesotho (9) est le seul pays d'Afrique sub-saharienne n'affichant aucune disparité entre les sexes en matière d'éducation ou de santé ; les seuls autres pays en développement à y parvenir sont le Belize et les Philippines. Le Burundi (24) représente le seul pays dans lequel la population active compte plus de femmes que d'hommes. Le Nigeria (120), le Bénin (128), la Côte d'Ivoire (130), le Mali (132) et le Tchad (134) forment le peloton de queue.

En Europe, la Suisse (10) continue d'améliorer l'accès des femmes à l'éducation, la participation économique et les responsabilités politiques. L'Italie (74) et la Turquie (122), quant à elles, demeurent au bas du classement régional.

En Amérique du Nord, les États-Unis (17) gagnent deux places et poursuivent leur progression dans le classement mondial, attribuable à une légère réduction des écarts salariaux et à une évolution plus lente dans les autres pays.

Aetna, Booz & Co, Burda Media, Clifford Chance, The Coca-Cola Company, Ernst & Young, HCL, Heidrick & Struggles, Kraft Foods, Manpower, McKinsey & Company, Mumtalakat, NYSE Euronext, Olayan Group, Omnicom et l'Alliance Renault Nissan sont des partenaires  du programme de parité entre les sexes du Forum économique mondial.

Notes aux rédacteurs

Suivez le Forum sur Twitter à l'adresse http://wef.ch/twitter
Suivez à la trace le Forum sur Foursquare à l'adresse http://wef.ch/foursquare
Lisez le Blog du Forum à l'adresse http://wef.ch/blog
Lisez les rapports du Forum sur Scribd à l'adresse http://wef.ch/scribd
Suivez la réunion sur iPhone à l'adresse http://wef.ch/iPhone
Consultez la liste des événements organisés prochainement par le Forum à l'adresse http://wef.ch/events
Abonnez-vous aux communiqués de presse du Forum à l'adresse http://wef.ch/news
Devenez fan du Forum sur Facebook à l'adresse http://wef.ch/facebook
Pour recevoir des informations sur les activités du Forum économique mondial, abonnez-vous au flux RSS


The World Economic Forum is an international institution committed to improving the state of the world through public-private cooperation in the spirit of global citizenship. It engages with business, political, academic and other leaders of society to shape global, regional and industry agendas.

Incorporated as a not-for-profit foundation in 1971 and headquartered in Geneva, Switzerland, the Forum is independent, impartial and not tied to any interests. It cooperates closely with all leading international organizations (www.weforum.org).