Une employée entrée en fonction il y a peu dans une entreprise partage avec nous son récent malentendu avec l’une de ses collègues. Son récit est retranscrit ci-dessous, ainsi que nos conseils – l’occasion de faire le point sur les choses à éviter de dire en entreprise dans les premiers temps qui suivent une embauche pour optimiser l’intégration à son nouvel emploi.

Voici la mésaventure :

“J’ai commencé un nouveau travail le mois dernier ; c’est une réelle opportunité professionnelle dont je suis très heureuse.

Cependant, je pense avoir commis un impair la semaine dernière. Sur le moment, cela ne m’a pas semblé important mais ma supérieure hiérarchique est venue m’en parler, ce qui signifie que pour elle, cela n’est pas anecdotique.

Mon faux pas a eu lieu alors que j’étais en réunion avec l’une de mes collègues, Sarah. Dans la conversation, Sarah a mentionné que nous devrions mettre à jour l’ergonomie du portail de notre client l’année prochaine. Ce à quoi j’ai répondu: “oui, c’est l’une des choses que j’ai suggérées à ma manager quand j’ai passé mon entretien avec elle. J’ai fait une liste des changements ergonomiques qui pourraient améliorer le portail de ce client. Elle s’est montrée favorable à toutes mes recommandations, du moins c’est l’impression que j’ai eu”

Je savais que Sarah était responsable du site de ce client mais je ne pensais pas à cela lors de la conversation.
Sarah a répondu à mon intervention d’un ton légèrement acerbe : “Il n’est pas simple de gérer le portail. J’ai une centaine d’autres choses à faire. Avais-tu pour projet de me montrer ta liste de recommandations ou comptais-tu la garder pour toi?”

Ma manager est venue dans mon bureau le jour suivant et m’a dit qu’elle avait apprécié mon implication lors de l’entretien mais qu’elle ne voulait pas que je suggère à Sarah ou à qui que ce soit d’autre que mes recommandations étaient approuvées, à ce stade de connaissance de l’entreprise. Elle a ajouté que nous n’en étions encore qu’à la phase de rassemblement des informations portant sur nos priorités pour l’année à venir.

Suis-je sortie de mes prérogatives car je me sens gênée ? Dois-je présenter mes excuses à Sarah ? “

Voici nos conseils:

Demain, passez dans son bureau et dîtes-lui que vous regrettez la conversation de la semaine dernière. Expliquez-lui que lorsque vous mentionniez les idées d’ergonomie du portail client, vous ne tentiez pas de lui suggérer qu’elle faisait un mauvais travail. Dîtes-lui que vous savez qu’elle travaille dur, qu’elle fait un excellent travail et que vous vous êtes exprimée au sujet d’une chose qui ne relève pas de votre champ d’action. Enfin, présentez-lui vos excuses car en effet, vous êtes sortie de vos plates-bandes. La majorité d’entre nous a déjà fait cela à un moment donné. Vous avez exposé Sarah et l’avez sans doute mise mal à l’aise.

Vous lui avez dit que vous aviez déjà eu une conversation avec votre supérieure au sujet d’un travail qui relève de la compétence de Sarah et que la supérieure avait “semblé” s’accorder avec vous sur le fait que le portail aurait besoin d’amélioration.

Même si cela est vrai, vous n’êtes pas en posture d’enseigner à votre collègue comment elle doit faire son travail. Il n’y a pas suffisamment de confiance établie entre vous pour que vous la conseilliez sur ce qu’elle doit faire car vous venez, tout juste, d’entrer en fonction.

Il est vital de se souvenir que de nouvelles situations et l’arrivée de nouvelles personnes dans un contexte professionnel peuvent provoquer un sentiment de peur, même chez les personne les plus résistantes et expérimentées.

Il arrive souvent que nous nous sentions parfois en situation d’insécurité dans un nouvel emploi. Nous tentons alors de compenser en cherchant à impressionner, notamment en partageant nos idées “exceptionnelles”. Mais attention car on peut pousser cela un peu trop loin et finir par s’aliéner les personnes avec lesquelles on travaille.

Quand vous savez qu’une équipe est responsable d’un dossier – en l’occurrence, le portail client – et que cette équipe communique son besoin de l’améliorer, la meilleure réponse est d’applaudir l’idée et de proposer son aide.

Il ne faut surtout pas se mettre en avant en jouant le rôle de l’expert arrivé à point nommé qui montre aux incapables comment faire leur travail correctement – cette démarche est la meilleure façon de se faire des ennemis et de se rendre complètement inefficace dans son nouveau poste.

Voici une énumération des dix attitudes à ne pas adopter lorsqu’on vient d’intégrer un nouveau poste :

- Face à du travail qui vous semble mal fait, ne dites pas que vous le faisiez d’une meilleure manière dans votre ancienne boîte et que vous aimeriez montrer à vos nouveaux collègues comment ils pourraient mieux faire.

- Ne vous exclamez pas en présence de vos collègues que vous allez apporter beaucoup de changements dans votre nouvelle entreprise. Au lieu de cela, intégrez vos collègues à vos plans d’amélioration en leur demandant ce qu’ils en pensent.

- N’interrompez jamais la description que fait un collègue d’une procédure existante, même si vous pensez qu’elle n’est pas utile.

- Ne faites pas l’erreur de rechercher l’amitié des supérieurs tout en prenant de haut le reste de l’équipe. Vos collègues vous verraient alors comme leur détracteur et vous ne pourriez jamais collaborer sainement avec eux.

- Ne montrez pas que vous pensez savoir ce dont l’entreprise a besoin dès votre entrée en fonction. Votre travail, en tant que nouveau venu, est d’écouter… et d’écouter toujours plus. Il vous faut construire un climat de confiance autour de vous.

- Ne ricanez jamais et ne diminuez jamais une procédure, même si elle vous semble des plus obsolètes. Vos moindres faits et gestes sont observés lors de vos débuts, ne prenez donc pas le risque de donner une image qui vous rendrait désagréable.

- Ne tentez pas d’enseigner à vos collègues la façon dont les entreprises modernes et “à la page” font les choses. S’ils veulent recevoir une leçon de vous, ils vous le feront savoir.

- Ne testez jamais les connaissances des personnes avec lesquelles vous travaillez sur quelque sujet que ce soit. C’est une manière très maladroite d’essayer de vous valoriser, quand elle n’a pour résultat que de vous rendre antipathique.Ne vantez pas votre expérience ou ne cherchez pas à souligner que vous en avez plus que ceux qui vous entourent dans l’entreprise. Il vous faudra du temps avant de véritablement faire partie de l’équipe, ne prolongez donc pas cette étape en introduisant un esprit de rivalité.Enfin, ne parlez jamais des plans dont vous et votre supérieur avez discuté, et ce, même s’il vous semble que ces plans sont gravés dans le marbre. La discrétion est le meilleur de vos atouts. Laissez le soin à votre supérieur de communiquer l’information dont vous l’avez entretenu.

Aussi attrayante l’image soit-elle, vous n’êtes pas un chevalier venu à la rescousse d’une boîte qui dépend absolument de vos lumières.

Rappelez-vous que l’équipe a fait sans vous avant votre arrivée, et qu’elle peut toujours se passer de vos services si vous lui en donnez des raisons. Respectez les rôles et contributions de vos collègues, même lorsqu’il vous semble que vous connaissez de meilleures façons de procéder. L’énergie que vous dépenserez pour créer des relations professionnelles de confiance avec vos collègues et une atmosphère de travail chaleureuse vous reviendra au centuple quand vous aurez besoin de ces collègues un peu plus tard.