En cette semaine de la Qualité de Vie au Travail et en regard du classement Great Place to Work 2017, quelles sont les pratiques des entreprises afin de mêler bien-être et performance et comment vous en inspirer ?

L’édition Great Place to Work 2017 met à l’honneur 85 entreprises où il fait bon travailler. L’écoute et l’encadrement font notamment partie des bons procédés de ces entreprises, qu’elles soient des PMEs ou de grands groupes. 93 % des collaborateurs de ces entreprises où il fait bon travailler, sont associés aux prises de décision contre 62 % pour la moyenne des salariés français. De même, 83 % d’entre eux jugent que leurs managers sont accessibles et 85% s’estiment bien rémunérés par rapport à leurs compétences et leurs performances.

Le management au service de la performance

L’entreprise Colombus Consulting accorde une forte importance à l’évaluation. Tous les 4 mois, ses collaborateurs sont évalués : une évaluation par le responsable, une auto-évaluation, puis le collaborateur présente l’évaluation de son évaluateur. L’objectif est ici d’améliorer le management. Les managers ont également droit à un 360° lors d’une promotion. Cet outil de feedback par les proches collaborateurs a vocation à évaluer la performance du manager et contribuer à sa progression.

Chez Extia, les salariés notent les managers dans le cadre des suivis RH. L’entreprise privilégie un management agile reposant sur une proximité managériale, une responsabilisation des salariés et un dialogue permanent. Ceux-ci sont intégrés au processus de décision en donnant leur avis très en amont, par exemple des enquêtes satisfaction, des baromètres de bien-être au travail, des formulaires de notation de leur manager. Plus encore, ils élaborent des chantiers d’amélioration continue.

Les notions de brainstorming et de management par projet sont également fortes pour le DRH de la Française des jeux, Pierre-Marie Argouarc’h. Il souhaite faire grandir les managers et collaborateurs en misant sur le collaboratif : « Il s’agit de les faire bénéficier de différents dispositifs où ils peuvent s’exprimer sur la stratégie de l’entreprise. L’un d’eux est « La voix des collaborateurs », un think tank interne visant à tester mes idées RH par lequel les hommes peuvent s’exprimer sur le fonctionnement de l’entreprise. La solution vient de l’addition des talents. Le savoir doit se transmettre, se partager. »

La formation, principe actif du bien-être et de la performance

Mars France mise à fond sur la formation depuis l’intégration et tout au long de la vie dans l’entreprise (+ de 3,5 % de la masse salariale dévolue à la formation) : « environ 70% de la formation et du développement d’un Associé se font au travail. 20 % proviennent du coaching par les managers d’équipes et, souvent, des coachs professionnels. Les derniers 10 % s’obtiennent par des cours et des formations ».

Partant du principe qu’un collaborateur heureux est plus performant, Davidson s’attache à les motiver plus fortement. L’entreprise se hisse au sommet du palmarès Great Place to Work depuis plusieurs années, notamment grâce à son usage de la promotion interne et de la cooptation (qui représentent 80 % de ses recrutements).

La cohésion des équipes essentielles pour le bien-être

Davidson mise également sur les événements ludiques et festifs tous les 15 jours pour assurer la cohésion de ses équipes. On retrouve également des start-ups qui sont les reines du « team building » avec par exemple, le cabinet de recrutement Uptoo qui propose à ses employés des vacances annuelles ensemble, des dîners d’équipe et des temps de travail organisés sous forme de jeux. Dans la même veine, les salariés d’Evaneos se sont récemment retrouvés en Corse pour une journée de balade à vélo…

La reconnaissance de la performance par la rémunération

La plupart des entreprises appréciées sont attentives à bien récompenser la performance. Cela peut être des primes, des cadeaux additionnels à la fiche de paie (chèques vacances, chèques cadeaux…), des incentives (voyages, etc.). Decathlon se fait aussi remarquer dans le palmarès Great Place to Work grâce à son octroi d’avantages tels que primes sur objectif, incentives, avantages en nature (crèche, self…).Chez Décathlon, tous les salariés perçoivent des primes sur résultat et peuvent augmenter leur salaire de 20 %. Les 24 000 collaborateurs sont primés sur le résultat non pas uniquement en fonction de performances économiques mais également via un critère de relation-client.

Une entreprise où il fait réellement bon vivre est une entreprise qui vise la transparence en matière de rémunération. Attention, il ne s’agit pas d’afficher les fiches de paie de chacun… Il s’agit d’avoir un climat serein et confiant car tous les collaborateurs connaissent la stratégie du groupe : les règles d’édiction des primes ont été énoncées dès le départ. Il n’y a pas de prime discrétionnaire et tous ont connaissance des objectifs et des outils à leur disposition. Cerise sur le gâteau, des outils existent pour que les primes soient calculées simplement au moyen d’algorithmes performants.