Les entreprises qui ont une plus grande proportion de femmes dans leurs conseils d'administration et comités de direction sont plus performantes financièrement. En Afrique, celles qui comptent au moins un quart de femmes dans leurs organes dirigeants ont un bénéfice avant intérêts et impôts (EBIT) en moyenne 20% plus élevé que le bénéfice moyen de leur secteur, comme le démontre le rapport « Women Matters » de McKinsey. Or, la Banque Africaine de Développement (BAD) estime que les entreprises panafricaines de référence ne comptent que 14,4% de femmes dans leurs conseils d'administration. Pourtant, les bienfaits de la diversité ne s'arrêtent pas qu'à la performance des acteurs du secteur privé, il est aujourd'hui prouvé que c'est un atout économique et social de taille pour les États. En effet, si tous les pays africains étaient aussi performants que le Rwanda en matière de parité, l'Afrique accroîtrait son PIB de 12%[1].

Dans le contexte actuel d'un continent africain en pleine mutation qui doit créer une croissance durable et inclusive, il est important de libérer toutes les énergies pour atteindre cet objectif. En ce sens, la diversité ne permettra pas seulement aux entreprises et aux pays africains d'être plus performants quantitativement. La prise de conscience des enjeux et la création d'un cadre favorable participera à faire émerger une masse critique de leaders positifs qui feront de nos pays des lieux dont la qualité de vie profite à toute la population.

Prendre conscience de l'enjeu et de l'opportunité que représente la diversité

Pour cela, une prise de conscience des dirigeants et des managers - hommes comme femmes - doit être accompagnée afin de permettre qu'un regard attentif et clairvoyant se pose sur les pratiques des organisations en Afrique.

Ainsi, pour les entreprises africaines qui souhaitent porter leur attention sur la diversité, notamment en matière de genre, il convient d'adopter une démarche de changement et de leadership en quatre étapes. Tout d'abord, il est nécessaire d'inviter l'organisation à prendre conscience de l'enjeu et de l'opportunité que représente la diversité. Outre l'amélioration évidente de la performance économique, la diversité permet aux entreprises de développer leur performance organisationnelle. En multipliant les points de vue, elle va stimuler l'innovation et favoriser l'éclosion de talents internes souvent insoupçonnés. En somme, la diversité améliore les relations au sein de l'entreprise et favorise la cohésion d'équipe qui, au final, consolide le fonctionnement de l'entreprise.

Ensuite, il convient de prendre la photographie des pratiques genre de l'entreprise. Alors que 53% des femmes africaines sont actives elles ne représentent qu'environ 30% des managers et 5% des dirigeants d'entreprises privées[2]. Une analyse plus fine montre également que la majorité des femmes managers se retrouve dans des fonctions de support comme les ressources humaines ou l'administration qui sont, de facto, éloignée du cœur du métier de l'entreprise.

Evaluer la pratique genre de l'entreprise en mesurant les effectifs par des indicateurs comme les catégories professionnelles, les fonctions occupées, la séniorité, l'âge, le secteur et facteur d'équité lui donne une photographie en temps réelle des points qu'elle va pouvoir améliorer pour une contribution accrue des femmes aux décisions clés de leur organisation.

Créer un environnement propice au développement des talentsPlay Video

Après ce travail d'analyse, l'entreprise peut alors mettre en place les conditions d'un dialogue collectif et serein. Un boulevard d'opportunités de croissance organique existe dans les entreprises. Les échanges et les entretiens collaboratifs menés à tous les niveaux de l'organisation et un solide accompagnement des Hommes peuvent les mettre en lumière.

Enfin, il est du ressort de l'entreprise de déployer des actions et des formations concrètes pour accompagner le changement des individus et de l'organisation.

Ces actions concrètes, soutenues par le dirigeant, sont à même de créer un environnement propice au développement des talents, hommes et femmes confondus. Selon la typologie de l'entreprise, l'accent sera mis sur la définition et la conduite d'un processus de management des talents, le développement et le suivi d'un tableau de bord pour évaluer la pratique genre et son impact sur la performance, l'équilibre entre vie familiale et vie professionnelle, la mise en place méthodes de travail alternatives telles que le télétravail ou les unités autonomes.

L'enjeu est de taille. Pour développer un secteur privé de qualité, capable de répondre aux défis du continent, il est nécessaire que tous les acteurs soient totalement engagés.

Pour y arriver, nous devons parvenir à la situation où l'homme leader sera une femme leader comme une autre.