A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, dimanche 4 février, Forbes France fait la lumière sur quelques start-up de la MedTech et de la BioTech qui se concentrent sur la lutte contre le cancer, deuxième cause de mortalité mondiale. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que 8,8 millions de personnes sont décédées des suites d’un cancer en 2015. Si la médecine fait des progrès, améliorant notamment le taux de survie, le nombre de cas déclarés devrait bondir dans les prochaines années. Tour d’horizon, non exhaustif, des start-up qui se mobilisent sur le sujet. Avec quatre grands axes : dépister, traiter, soulager et chercher.

*Détecter

Damae Medical : Détecter les cancers de la peau, sans prélèvement

Visualiser sans faire de prélèvement. Damae Medical, grâce à une technologie développée par Arnaud Dubois, permet de voir les mélanomes et les carcinomes, les cancers les plus fréquents de la peau. Le tout, sans faire de biopsie grâce à une grande profondeur de pénétration de la peau et une résolution à échelle cellulaire. Les deux jeunes fondateurs de l’entreprise, Anaïs Barut et David Siret, font partie du classement 2018 Forbes Under 30 Europe.

 Anaïs Barut de Damae Medical
Anaïs Barut de Damae Medical

Carcidiag : un kit pour détecter les cellules responsables des cancers

Le laboratoire français Carcidiag a mis au point un kit qui permet de détecter les cellules responsables de cancers. Autre prouesse, les résultats sont disponibles au bout de cinq heures seulement contre plusieurs semaines dans le cadre d’une procédure classique. Pour l’instant, le kit est adapté à la mise en évidence des cancers colorectaux, et espère rapidement mettre au point des tests pour les cancers gynécologiques et ORL.

*Soulager

Novagray : Prédire la sensibilité aux rayons

La start-up MedTech Novagray anticipe, grâce à un test sanguin, les effets secondaires de la radiothérapie sur le patient. L’idée est de permettre à l’équipe médicale d’adapter le traitement en fonction de la sensibilité du patient aux rayons. Par exemple, pour traiter le cancer du sein, la radiothérapie est l’une des principales méthode mise en place dans le protocole de soins après une chirurgie : les rayons détruisent les cellules cancéreuses, mais provoquent très souvent des fibroses ou des nécroses des tissus. Une radiosensibilité que l’équipe de Novagray propose de déceler en amont du traitement. L’entreprise est cofondée par le professeur David Azri et Clémence Franc, lauréate des StartHer Awards.


Owkin : prédire l’effet des médicaments grâce au machine learning

Quand un mathématicien et informaticien, prof à l’ENS et un cancérologue et chercheur se rencontrent, cela produit Owkin, une start-up qui prédit l’effet des médicaments. L’entreprise fondée en 2016 vient de lever 11 millions de dollars. « Nous essayons de comprendre pourquoi les gens ne réagissent pas de la même manière à un même traitement », explique Gilles Wainrib, le mathématicien. Objectifs : faire des essais cliniques plus efficaces et améliorer les traitements.

*Chercher et traiter

Abivax : utiliser la machinerie immunitaire naturelle du corps

Abivax développe des technologies pour cibler le système immunitaire afin d’éliminer les maladies virales, traiter certains cancers et maladies inflammatoires et auto-immunes. L’entreprise, dont les technologies sont en phase clinique, est cotée en bourse. La phase 2 de son étude clinique d’un médicament contre le VIH est très prometteuse.

Onxeo : s’atteler aux cancers rares

Cette entreprise de la Biotech s’attaque aux cancers rares qui concernent moins de 250 000 cas en Europe et 200 000 aux Etats-Unis. La start-up cherche à développer des médicaments qui ciblent ces cancers en ciblant les molécules pour inhiber le mécanisme de la cellule tumorale. Et modifier l’ADN au moment de sa réplication. L’entreprise, qui existe depuis vingt, a opéré un pivot ces dernières années en ce focalisant sur la recherche de traitements contre ces maladies et est en phase de tests cliniques.

DNA Script : créer de l’ADN humain

La start-up travaille à recréer rapidement un ADN similaire à l’ADN humain pour permettre à celui-ci de l’assimiler rapidement. Derrière la prouesse scientifique, l’idée est d’offrir à l’humain la possibilité d’éradiquer des maladies génétiques en remplaçant certains gènes par d’autres sains, voire de prévenir l’apparition de maladies, dont le cancer. L’entreprise a levé 11 millions fin 2017.

Innate Pharma : des anticorps thérapeutiques

Fondée en 1999, l’entreprise Innate Pharma conçoit des anticorps thérapeutiques qui exploitent le système immunitaire inné. Innate Pharma vient d’annoncer une collaboration clinique avec MedImmune pour le traitement de tumeurs.

Oncofactory : visualiser le développement des tumeurs

« Spin-off » du CNRS, Oncofactory est une start-up issue des travaux de l’équipe de Valérie Castellani, prix de la fondation Bettencourt-Schueller, de l’institut Neuromyogène de Lyon. L’entreprise confectionne des répliques miniatures de cancers de patients. Afin de suivre les étapes du développement des tumeurs et de tester les traitements, les chercheurs utilisent des embryons aviaires.