Les usines et les centrales électriques qui ont stimulé sa croissance économique ont également pollué l'air, l'eau et le sol, au point que les risques environnementaux, s'ils ne sont pas corrigés en temps opportun, pourraient entraîner un risque important pour la société et l'économie de la Chine. Pour relever ces défis, le gouvernement chinois a déclaré la « guerre à la pollution » et a lancé un certain nombre d'initiatives vertes.

Voici les plus importantes :

Moins de charbon, un air plus propre

La Chine a pris des mesures pour démanteler les centrales au charbon, réduire le niveau global d'émissions et les taux d'émission de particules. D'énormes progrès ont été réalisés en matière de qualité de l'air et il y a maintenant moins de jours de smog dans les plus grandes villes chinoises.

Mieux légiférer

L'ancien ministère de la protection de l'environnement a été transformé en ministère de l'écologie et de l'environnement (MEE), une nouvelle entité aux responsabilités plus larges et plus claires. Le nouveau ministère supervisera par exemple toutes les politiques relatives à l'eau, de la gestion des ressources océaniques à l'eau souterraine. Auparavant, ces questions étaient dispersées entre différents services. Le ministère est aussi en charge des politiques sur le changement climatique.

Financer un avenir plus vert

La Chine a besoin de 40,3 billions de RMB à 123,4 billions de RMB supplémentaires (c’est-à-dire de 6,4 billions à 19,4 billions de dollars) pour financer la transition vers une économie plus verte. Elle a commencé à percevoir une taxe environnementale pour aider à financer ses politiques environnementales et tente d'attirer davantage d'investissements verts.

Le projet Belt and Road Initiative (BRI), un vaste programme mondial visant à améliorer l'interconnectivité entre les pays, inspiré de l'ancienne Route de la soie, vise à stimuler le commerce et la croissance économique en Asie et au-delà. Comme l'a dit le vice-premier ministre Liu lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos cette année, la réduction de la pollution est l'un des principaux objectifs stratégiques de la Chine dans la poursuite de cette initiative, au même titre que la prévention des risques financiers majeurs et la réduction de la pauvreté.

 Nombre d'années de vie sauvées par personne.
Nombre d'années de vie sauvées par personne.
Image: Centre national chinois de surveillance de l'environnement

La Belt and Road Initiative sera soutenue par des ressources considérables. À terme, les investissements devraient atteindre environ 4 billions de dollars, et provenir de sources privées, de fonds dédiés et de banques multilatérales de développement. Ces ressources ont un potentiel considérable pour faire avancer le programme vert si elles sont alignées sur les priorités en matière de développement durable.

Le prochain défi consiste à améliorer les normes d'investissement vert. Récemment, la Chine a lancé l'Initiative de gestion des risques environnementaux pour les investissements chinois à l'étranger. Il existe un énorme potentiel pour « écologiser » l'initiative Belt and Road, si les institutions financières et les entreprises chinoises améliorent la gestion des risques environnementaux de leurs investissements à l'étranger et adoptent des principes d'investissement responsable. Les obligations vertes sont extrêmement intéressantes pour les investisseurs et pour les pays en développement, puisqu’elles financent les projets d'infrastructure verte dont beaucoup de ces pays ont un besoin urgent.

Zones de développement durable

Plus tôt cette année, le gouvernement chinois a approuvé trois zones de développement durable, qui mettront en œuvre les objectifs de développement durable des Nations Unies pour 2030 :

*Shenzhen

Shenzhen est le moteur de l'innovation en Chine. Cette zone intégrera des technologies dans le traitement des eaux usées, l'utilisation des déchets, la restauration écologique et l'intelligence artificielle pour résoudre des problèmes allant de la gestion des ressources à la pollution.

*Guilin

Cette zone se concentrera sur les innovations qui s'attaquent à la désertification, créant des solutions qui peuvent être reproduites par d'autres régions confrontées à la menace de désertification.

*Taiyuan

Ciblant la pollution de l’air et de l’eau, cette zone favorisera des solutions innovantes qui pourront être reproduites par les régions dépendant de l'extraction des ressources.

Les entreprises de technologie, innovateurs verts

Les géants chinois de la technologie jouent un rôle vital dans le développement durable. Tencent, Baidu et Alibaba figurent parmi les 10 premières sociétés Internet au monde. La technologie en ligne - en particulier le commerce électronique, les services bancaires par Internet et les réseaux sociaux - accélère le rythme du changement.

Par exemple, Ant Financial, une filiale bancaire d'Alibaba, est l'un des partenaires fondateurs de la Green Digital Finance Alliance. Cette alliance vise à utiliser la technologie numérique pour faire progresser le financement vert.

Plus de 200 millions d'utilisateurs de Ant Financial se sont inscrits à Ant Forest, un jeu en ligne qui permet de suivre l'empreinte carbone. L'application incite les utilisateurs à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans la vie réelle, démontrant ainsi l'énorme potentiel de la Fintech pour soutenir le développement durable. Fin janvier 2017, cette approche avait permis d'économiser 150 000 tonnes de CO2.