Le Centre arabe pour la recherche et les études politiques (ACRPS) a mené une étude auprès de 18.830 individus dans plusieurs pays arabes dont la Tunisie.

Les interrogés sont des Tunisiens, Mauritaniens, Marocains, Égyptiens, Soudanais, Palestiniens, Libanais, Jordaniens, Irakiens, Koweïtiens et Saoudiens.

Interprétée par l’organisme de veille médiatique, Middle East Monitor, l’étude montre que la majorité des personnes sondées souhaitent instaurer des régimes démocratiques dans leurs pays.

Ainsi, trois quarts (74%) des sondés se sont déclarés en faveur d’un système démocratique, tandis que seulement 16% se sont déclarés contre.

Ces chiffres ont été annoncés à l’occasion d’une conférence de presse donnée au Qatar, dans le cadre de l’élaboration de l’Arab Index 2018.

Selon Middle East Monitor, il s’agit du plus grand sondage d’opinion jamais mené dans les pays arabes, et avait nécessité près de 45 mille heure et l’implication de 865 chercheurs.

Ceux-ci ont parcouru plus de 700 mille kilomètres à travers les pays du monde arabe afin d’interroger les 18.830 personnes de ce sondage.

En début d’année, la Tunisie avait été classée en tête des pays arabes en termes de démocratie, selon la dernière édition l’étude réalisée par le département de recherche et d’analyse du magazine britannique The Economist (The Economiste Intelligence Unit).

Classée 69e au niveau mondial, la Tunisie a obtenu le score de 6,32, ex-aequo avec Singapour.

Elle devance ainsi le Maroc qui s’est placé en 101ème position, le Liban (104ème) et la Palestine (108ème).

Sur le plan continental, la Tunisie figure à la sixième place en Afrique derrière l’Île Maurice, le Cap vert, le Botswana, l’Afrique du Sud, le Ghana et le Lesotho.