POLLUTION - Un épais brouillard de pollution s'est installé à New Delhi alors que l'hiver commençait en Inde l'année dernière, forçant les professionnels de la santé à déclarer une situation d'urgence sanitaire publique. Les résidents se sont entassés dans les hôpitaux locaux se plaignant de problèmes respiratoires. Les joueurs de cricket ont été obligés de mettre des masques anti-pollution lors d'un match national entre l'Inde et le Sri Lanka. Et United Airlines a annulé des vols à destination de la ville, citant les préoccupations concernant la qualité de l'air.

La pollution de l'air n'est pas parmi les causes que les médecins légistes mentionnent sur les certificats de décès, mais les problèmes de santé liés à l'exposition à la pollution atmosphérique, comme le cancer du poumon et l'emphysème, sont souvent mortels. La pollution de l'air a été responsable de 6,1 millions de morts et a représenté près de 12% du nombre de morts dans le monde en 2016, la dernière année pour laquelle des données étaient disponibles, selon l'Institut pour la mesure et l'évaluation de la santé de l'Université de Washington (IHME).

GURGAON, INDIA - DECEMBER 4: Heavy smog engulfed the city that made commuting difficult as visibility was less than 50 meters, on December 4, 2017 in Gurgaon, India. Air quality remained very poor with air quality index at 320, which agencies consider unfit for inhalation even by healthy people. The minimum temperature was recorded at 10 degree Celsius and maximum was recorded at 23 degree Celsius. Smog thickened in the evening as number of vehicles increased on the roads when people rushed home. (Photo by Sanjeev Verma/Hindustan Times via Getty Images)

"La pollution de l'air est l'un des grands tueurs de notre époque", a écrit Philip Landrigan de l'École de médecine Icahn au Mont Sinaï dans un article publié dans le journal médical The Lancet.

Le feu ministre indien de l'Environnement, Anil Madhav Dave, a fait la Une l'année dernière lorsqu'il a nié toute preuve attestant que la pollution de l'air est singulièrement responsable des décès en Inde. Dave a admis que la pollution de l'air "pourrait être l'un des facteurs déclenchant des maladies et affections respiratoires", mais il a imputé les effets négatifs sur la santé à d'autres problèmes: mauvaise alimentation, risques professionnels, statut socioéconomique et génétique.

Dave est mort en mai 2017 d'un arrêt cardiaque. Le nouveau ministre de l'Environnement, Harsh Vardhan, a également déclaré que "attribuer une mort à une cause comme la pollution, c'est peut-être trop".

Mais il y a de nombreuses études reliant la pollution de l'air à la morbidité dans le monde entier.

"Il existe une énorme quantité de données reliant la pollution de l'air extérieur et intérieur aux effets néfastes sur la santé, y compris les maladies aiguës et chroniques, les exacerbations de maladies chroniques et les décès", a déclaré Barry Levy, professeur auxiliaire de santé publique à l'École de médecine de l'Université Tufts.

Les pays en développement font les frais du problème de la pollution dans le monde

La pollution de l'air est sans aucun doute un problème de santé publique mondial, mais tous les pays ne sont pas touchés de la même manière.

Jusqu'à 1,6 million de décès ont été imputables à la pollution de l'air en Inde en 2016, selon l'IHME. Cette même année, toute la pollution de l'air a été liée à près de 123 décès sur 100 000 dans le pays ― parmi les taux les plus élevés du monde.

"En ce qui concerne le nombre de décès dus à la pollution de l'air, l'Inde est numéro 1", a déclaré Landrigan au HuffPost.

L'Afghanistan et plusieurs pays africains ont des taux de mortalité par pollution de l'air ambiant plus élevés que l'Inde, probablement en raison des conditions extrêmement poussiéreuses de ces pays, combinées à d'autres sources de pollution, comme les émissions des véhicules et les récoltes brûlées.

"Avec la mondialisation, l'exploitation minière et la fabrication se sont déplacées vers des pays plus pauvres", a déclaré à Reuters Karti Sandilya, l'un des auteurs de la Commission Lancet sur la pollution et la santé. "Les gens dans les pays pauvres ― comme les travailleurs de la construction à New Delhi ― sont plus exposés à la pollution de l'air et moins en mesure de se protéger contre l'exposition lorsqu'ils marchent, font du vélo ou montent dans le bus pour aller aux lieux de travail, qui peuvent également être pollués.

La topographie du nord de l'Inde aggrave son problème de pollution, a noté Vox en novembre. La région agit comme un bassin, piégeant la pollution provenant des cultures brûlées à l'extérieur des villes et la mélangeant à la pollution industrielle à l'intérieur des limites des villes. Et ce mélange de sources de pollution est le plus intense pendant les mois les plus froids de l'année.

En fait, le problème est si grave que certaines personnes quittent définitivement New Delhi. La personnalité de la télévision Mayur Sharma est peut-être l'exemple le plus notable: il a quitté son travail et sa famille pour échapper à la pollution.

"On pourrait penser que le droit de respirer est le droit le plus fondamental ― plus que la nourriture, plus que l'eau. Et ce droit est sérieusement compromis en ce moment", a dit Sharma à NPR.

À mesure que l'économie de l'Inde s'est développée, le pays a eu du mal à suivre le rythme des coûts environnementaux de cette croissance. Les décès prématurés dus à la pollution de l'air se sont stabilisés en Chine, qui rivalise avec l'Inde en termes de problèmes de pollution et de population. Cette stabilisation est survenue en partie parce que la Chine a utilisé des amendes et des charges pénales pour lutter contre la pollution. Cependant, le gouvernement de l'Inde semble plus axé sur la croissance économique que sur la protection de la qualité de l'air et de l'environnement.

Traffic stands at a junction on King's Way boulevard while shrouded in smog at night in New Delhi, India, on Monday, Dec. 4, 2017. The World Health Organization warns that increasing air pollution in many of the world's poorest cities is driving up the risk of stroke, heart disease and lung cancer in vulnerable populations. The World Bank estimated that 1.4 million people in India died prematurely due to air pollution in 2013, the latest year for which data is available. Photographer: Anindito Mukherjee/Bloomberg via Getty Images

La pollution de l'air ― et le changement climatique ― relient la communauté mondiale de façon mortelle

Comme la pollution de l'air et les problèmes de santé connexes peuvent voyager, aucun pays ne peut résoudre son problème de pollution de l'air tout seul.

La pollution de l'air due à la consommation chinoise a été liée à environ 3100 décès prématurés aux États-Unis et en Europe de l'Ouest en 2007, selon un article publié l'année dernière dans la revue Nature. Dans le même temps, près de 110.000 décès prématurés en Chine ont été liés à la pollution provoquée par la consommation aux États-Unis et en Europe de l'Ouest.

"La pollution de l'air peut parcourir de longues distances et a des effets négatifs sur les régions sous le vent", a expliqué à Popular Science Qiang Zhang, co-auteur de l'article et chercheur à l'Université Tsinghua de Beijing.

Selon des experts de la santé publique, le changement climatique exacerbera probablement ces problèmes de portée mondiale.

Ils prévoient que les changements climatiques déclencheront un grand nombre de problèmes de santé publique, y compris les décès liés à la chaleur et au froid, l'augmentation du risque de maladie et les problèmes de santé mentale dus aux déplacements liés au climat et aux conditions météorologiques extrêmes.

Les changements climatiques contribuent également aux tendances de la pollution de l'air ― les températures plus élevées augmentent le risque d'incendie, créant de la pollution de l'air ambiant. Les incendies augmentent également l'ozone troposphérique, qui est un ingrédient principal du smog urbain, et peuvent déclencher des problèmes de santé comme la douleur thoracique, l'irritation de la gorge et l'inflammation des poumons, selon l'Agence de protection de l'environnement.

"Des températures plus élevées devraient augmenter le taux de formation d'ozone", a déclaré Levy.

Cela rend encore plus crucial le regroupement des organisations locales, nationales et intergouvernementales pour lutter contre la pollution de l'air.

Comme l'a déclaré Kirk Smith, professeur de santé environnementale mondiale à l'Université de Californie, Berkeley, École de santé publique : "La pollution de l'air se fiche des frontières politiques."